Attention à la leptospirose dans la Vilaine

Infos santé
Bien connue des kayakistes de notre région la leptospirose peut atteindre toutes les personnes pratiquant des loisirs nautiques en eau douce (canoë-kayak, rafting, canyoning, pêche, baignade...).
Il s’agit d’une infection transmise par l’urine des rongeurs (rats et ragondins)  infestés par la bactérie Leptospira. Cette bactérie survit facilement dans les eaux douces et les sols humides et l’homme se contamine  le plus souvent indirectement par simple contact au niveau d’une plaie ou des muqueuses oculaires, pharyngées ou encore par inhalation.
Certaines professions sont donc également exposées : agriculteurs, pisciculteurs, égoutiers, jardiniers.
 
Après 8 à 10 jours d’incubation apparait un syndrome pseudo grippal associant  de la fièvre, de forts maux de tête et des douleurs musculaires pouvant  évoluer en quelques jours vers une atteinte hépatique (ictère) et rénale. Des formes graves voire mortelles peuvent être observées mais une antibiothérapie précoce (amoxicilline , doxycycline) réduit la durée et la sévérité des symptômes.
Le diagnostic biologique est possible dès l’apparition des symptômes par une simple prise de sang : par amplification génique (PCR) lors de la première semaine de maladie suivant l’apparition de la fièvre, ou par recherche des anticorps spécifiques à partir de la deuxième semaine de maladie.
Le plus difficile reste d’évoquer une leptospirose et cela  nécessite d’identifier un précédent contact du malade avec des eaux douces. 
Depuis l’arrêté du 7 mars 2017, le CNR de la Leptospirose est désigné par le Ministère en charge de la santé pour assurer la surveillance de la leptospirose. Le laboratoire est impliqué dans le recensement des cas en Ille-et-Vilaine. Les cas diagnostiqués sont transmis directement par le CNR à L’Agence régionale de la Santé.
Pour ceux qui pratiquent un sport en eau douce  on rappellera qu’il est nécessaire de prendre une douche savonneuse  immédiatement après et de bien rincer son matériel à l’eau potable.
En cas de plaie, il faut laver abondamment à l’eau potable et au savon, désinfecter avec un antiseptique et protéger la plaie avec un pansement imperméable.
Enfin, la recrudescence des cas de leptospirose est l’occasion de rappeler que la baignade est interdite dans la Vilaine...
 
 
 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous assurer la meilleure expérience. En savoir plus.